Dire que le nouveau spot publicitaire pour les rasoirs Gillette, diffusé il y a 3 jours, fait polémique sur les réseaux sociaux serait un doux euphémisme. Celui-ci, visionné plus de 10 millions de fois, est rejetée par 580 000 personnes, avec un torrent de "dislikes". Les consommateurs se déchirent dans plus de 160 mille commentaires, qui, pour la plupart, appellent au boycott.

"Masculinité toxique", la vidéo de l'après #MeToo

La vidéo est engagée. Sur cette vidéo, les rasoirs ne sont pas la priorité. Les images se succèdent, déplorant le harcèlement, la brutalité, le sexisme quotidien. Gillette invite les hommes à s'interroger sur leur comportement pour mettre fin au sexisme ordinaire, parfois inconscient, et appelle à réagir de façon positive pour inspirer les futures générations.

"Is this the best a man can get?"

Le slogan, auparavant "the best a man an get", évolue à son tour et devient "the best a man can be". Un ton plus actuel, plus à l'écoute du mouvement féministe.

"Not all men", ce fléau

Si certains hommes (et la quasi totalité des femmes) ont salué la tentative courageuse de Gillette à diffuser son  message et à s'inspirer de l'actualité, le message a été cependant rejeté par beaucoup d'hommes se sentant insultés ou diabolisés par le spot publicitaire.

Des commentaires parfois drôles

Sur Twitter par exemple, des personnalités conservatrices Américaines se sont insurgées, ainsi que le journal "The New American" qui déplore une publicité "anti-homme" et dénoncent de "fausses suppositions".

Face à ces réactions houleuses, le directeur de Gillette s'est défendu dans un communiqué :

"La discussion est importante et en tant que société qui encourage les hommes à être au top, nous nous sentions obligés d'en parler et d'agir. [...] Nous avons regardé de manière réaliste, ce qui se passe aujourd'hui et avons pour objectif d'inspirer au changement".

Gillette a par ailleurs précisé que le spot publicitaire était accompagné d'un programme de 800 mille euros sur trois ans pour soutenir les associations qui œuvrent pour améliorer le comportement des hommes.

Mais pour l'entreprise, le succès de la campagne de communication est phénoménal: plus de 320 000 tweets évoquant la marque en quelques jours ! Malgré les appels au boycott, il est certain que le résultat est plus que bénéfique pour Gilette, qui, au delà de donner l'image d'une marque responsable, met son image au centre de l'attention sur les réseaux sociaux.

Source: Visibrain

Pour l'entreprise, il faudra encore prouver sa bonne foi et sa véritable envie de changer les choses en proposant leurs produits destinés aux femmes au même prix que les produits pour les hommes. En effet, la taxe rose n'est pas un mythe, et elle est encore loin d'être abolie.