Nouvelle-Zélande, Notre-Dame, Sri-Lanka: des drames vécus comme tels pour beaucoup, mais un moyen pour certains influenceurs peu scrupuleux ou maladroits de se mettre en avant.

Lorsqu'un évènement terrible éclate, la décence veut que les influenceurs fassent profil bas. Et pourtant, certains ne peuvent s'empêcher de rester au centre de l'attention.

Voici 7 "méthodes" d'influenceurs utilisant des drames pour leur propre promotion.

1: Ajouter un hashtag du drame sur une publication qui n'a rien à voir pour ramener de l'audience

C'est une méthode bien connue pour les influenceurs: utiliser les hashtags tendance permet à ses publications d'avoir plus de vues. Un #pray4srilanka se glisse au milieu d'hashtags génériques, ni vu ni connu. C'est évidemment d'un point de vue éthique au mieux discutable, au pire franchement scandaleux.

2: Profiter du drame pour évoquer sa vie personnelle

"Regardez combien nous sommes amoureux malgré tous ces drames, la vie continue!" Sauf que les réflexions métaphysiques de l'influenceur paraissent bien déplacées au milieu de véritables drames touchant des familles entières.

3. Ramener le drame à soi

"Je ne suis pas croyant mais je ne peux pas m'empêcher de faire parler de moi": Hugo Clément dans ses oeuvres. Le selfie devant Notre-Dame n'était pas également la meilleure idée pour l'ancien ministre de la culture.

4: Continuer ses placements de produits comme si de rien n'était

Le sens du timing est parfois perdu pour des influenceurs. "Que les victimes reposent en paix, mais n'oubliez pas en attendant d'acheter le sac que je porte sur la photo."

5:  Recycler ses photos de vacances

Certes, les photos commémoratives peuvent être un moyen de rendre hommage à des personnes ou bâtiments disparus. Mais publier des photos de vacances au soleil et souriants pour "rendre hommage" aux victimes n'est qu'un moyen pour les influenceurs d'à nouveau se mettre en avant.

6. Faire du chiffre sur un drame !

Mal conseillée, cette influenceuse néo-zélandaise n'a rien trouvé de mieux que de lancer une promotion sur ses sponsorings pour "rendre hommage" aux victimes de Christchurch.

7: Relativiser !

"Une oeuvre d'art est en train de disparaître, mais ne vous inquiétez-pas, une nouvelle est en train de se créer"... Pas de doute, cet influenceur a bien travaillé ses chevilles à la salle.

Trop habitués à être au centre de l'attention, des influenceurs ne peuvent pas s'empêcher de faire profil bas, ne serait-ce que quelques heures. Mais à l'heure où la moindre erreur de communication se paie cash sur les réseaux sociaux, il est à fort à parier que la nouvelle génération d'influenceurs ne commettra plus les mêmes erreurs.