Ces dernières années, les entreprises ont adapté leurs stratégies de communication pour se rapprocher de leurs futurs clients, et leur publicité implique donc en grande partie les réseaux sociaux. Mais cette stratégie peut-elle aller jusqu'aux acteurs du monde de la santé, comme les infirmières ou les médecins ?

Les Influenceurs ne vendent pas un produit mais une histoire

Louise Roe est une blogueuse aux 700K abonnés sur Instagram, qui raconte notamment ses déboires avec une maladie auto immune, le psoriasis. Entre les photos parfaitement lisses d'elle et son mari, ainsi que des photos de l'anniversaire de son bébé, la jeune femme va donc vous conseiller d'utiliser un produit Celgene pour traiter le psoriasis.

Pourtant, impossible de trouver la moindre trace de sa maladie sur son compte Instagram. L'objectif est de donner une vision édulcorée de sa vie, pour que vous, qui pourriez être atteint de la même maladie, puissiez rêver d'une telle vie, sans plaque, sans trace, avec un sourire radieux. Et tout cela grâce au produit Celgene: une publicité très subtile mais extrêmement efficace.

Le hic, ce que Louise Roe n'indique pas dans son post sponsorisé, c'est que le médicament qu'elle utilise ne convient pas à tout le monde et que sans avis du médecin, la prise d'un tel médicament peut être dangereux pour votre santé. C'est le problème majeur des influenceurs qui conseillent des traitements ou des médicaments. Par définition, ceux-ci ne sont pas des consommables comme les autres, qu'on peut conseiller en masse.

View this post on Instagram

To be honest, sleep has been an issue for me since the day I started growing a tiny human in my belly 🤰💤 From children waking me up at night to the stress and worry about our day, I never feel fully rested. I was so excited to partner with @youtheory to try this new Sleep Powder last night and honestly, I didn’t sleep like a baby, i slept like a mom who hasnt truly slept in 7 years, and It was amazing! 💤 🙌💤 .#ad . . @youtheory is giving moms "The Gift Of Sleep". Yes, sweet, comforting, blissful sleep! Theoretically, we spend 1/3 of our lives sleeping—but most moms will tell you that it feels like far less! The Sleep Powder calms your body and mind, so you can fall asleep quicker—and enjoy a deeper, more restorative sleep so you wake up feeling refreshed. (I tested this and totally approve!) Because it’s a powder, you can mix Sleep into your favorite night time beverage – from herbal tea to hot lemon juice and honey. . When was the last time you had a good nights sleep? 😴 . . #LoveYoutheory #ad #mothersday #mothersdaygift #mom #mama #momlife #momblogger #themillennialmamas #momblog #mombsells #mompreneur #motherhood #ootd #momfashion #coolmom #moms #mommy #momlifeisthebestlife #momswithcameras #momtog #mommyandme #blogger

A post shared by Erin Ziering (@erinziering) on

Une communication qui manque de transparence

Le fait que le produit ne soit pas présenté par des professionnels de santé dévoile donc une faille béante dans le système. Allergan en a fait l'amère expérience.

La marque a fait appel à Erin Ziering, Influenceuse aux 240k abonnés pour faire un partenariat pour des implants mammaires en vantant leur mérite, en simultané avec la prise de Botox. Quelques semaines plus tard, l'influenceuse a du retirer son post car la FDA (Food and Drug Administration) a indiqué que les personnes portant leurs implants mammaires avaient un grand risque de développer un lymphome (BIA-ALCL) associé à leur produit.

La marque Bloomlife fait aussi partie des mauvais élèves du marketing d'influence médical. Cette fois-ci, le produit sponsorisé est utilisé pour les femmes enceintes et Bloomlife a payé des blogueuses pour en promouvoir l'utilisation. L'appareil serait pour surveiller les contractions à la maison, plutôt qu'aller à l'hôpital. Sur le site internet il est indiqué que l'appareil est un "appareil de santé et de bien être" et non pas un substitut aux soins médicaux.

View this post on Instagram

#33weekspregnant and things are becoming more real by the minute. I feel like a huge part of my day is drinking water and using the bathroom CONSTANTLY. I’m up all night because I toss and turn and when I finally get comfortable, I have to head to the bathroom again..this is just my body’s way of prepping me for those sleepless nights ahead, right? Contractions come and go these days, which always makes me super nervous because Carter was born at 34 weeks, which is just a few days away! My experience with him will forever haunt me, so I’m keeping my fingers crossed and saying lots of prayers that Lottie decides to go until 37 weeks like Benz! In these last weeks, I am so thankful for @bloom.life—the world’s first clinically validated wearable contraction monitor. A few weeks ago, I was having major contractions (about 10 an hour) for about 18 hours straight. Thanks to @bloom.life, I didn’t think I was imagining these things because I was wearing the monitor and the results were showing up on my iphone that I in fact was having these contractions as often as I thought I was. I headed to the hospital and was monitored for a little while and finally given a shot to help relax my uterus and stop the contractions. The shot worked wonders and I got to return to my normal life of caring for my babies and keeping myself and my baby safe and healthy, thanks to the help of this wearable and reusable device. If you know of someone or if you are that someone who has a history of tough pregnancies or premature babies, then I would highly recommend this product (it’s a rentable device that you return when you’re done using it, which is even better in my opinion). You can use the code Alyson10 at checkout to get 10% off of your weekly rental. Keeping these babies safe is so important. Happy Tuesday, everyone! #bloomlifemom #sponsored

A post shared by Alyson Owen (@the.owen.life) on

Face à l'appât du gain, certains influenceurs sponsorisés peuvent être tentés de donner l'impression que le médicament indispensable, même si cela implique de mentir sur son utilisation.

Ainsi, Alyson Owen, blogueuse sponsorisée pour parler de l'appareil, le qualifie même de "premier moniteur au monde de contraction vestimentaire cliniquement validé au monde". Une phrase qui peut rapidement être mal interprétée et qui peut mettre en danger la santé des mamans et de leur bébé.

En présentant de manière erronée des informations sur des médicaments ou sur des pratiques de santé, comme pourraient le faire des médecins envers leurs patients, les influenceurs courent le risque de mal informer leurs abonnés et de mettre leur santé en péril. Il ne faut en effet pas oublier que chaque patient est différent, et même si la posologie a fonctionné pour l'influenceur malade, il peut y avoir des contre indications à utiliser un certain traitement.

Quand l'Influence médicale devient une arnaque à part entière

Lesley Murphy, ancienne candidate d'un jeu Américain "The Bachelor" utilise Instagram pour sensibiliser les gens à la mastectomie préventive, due à la mutation génétique du gène BRCA (augmentant les risques du cancer du sein, de l'ovaire et du pancréas). Celle ci annonce sur un post Instagram qu'il existe une technique chirurgicale ReSensation pur aider les femmes à ressentir à nouveau des sensations au niveau de la poitrine.

View this post on Instagram

I’ve had implants inside my chest for over a year now and have zero regrets. The upside to all of this: I now have a 1% chance of being diagnosed with breast cancer. The downside? I lost all feeling in my breasts and, well, let’s just say they aren’t the most natural looking things all the time. I wrote about it all today on Breast Reconstruction Awareness Day :) I also wrote about what no one talks about - what it's really like to be intimate after a double mastectomy. Lastly - I discuss a new technique designed to restore sensation in breasts after surgery (mine are completely numb). Science is so cool. Link in bio. @resensation #resensation #breastreconstructionawarenessday #breastcancerawareness #mastectomy #partner

A post shared by Lesley • The Road Les Traveled (@lesleyannemurphy) on

Premier problème, il n'est indiqué nulle part qu'il s'agit d'un post sponsorisé, mis à part le timide "#partner" tout à la fin du post après tous les autres hashtags. Pour rappel, Instagram oblige désormais à indiquer les partenariats pour chaque publication sponsorisée.

Ensuite, il n'est aucunement mentionné sur le post qu'elle a elle-même subi cette opération de reconstruction. Elle parle donc d'un procédé sensationnel... qu'elle n'a pourtant pas testé ! Elle dirige les abonnés vers son blog où, à la toute fin seulement, elle indique ne pas avoir expérimenté la nouvelle technique.

Que des plantes pour faire pousser les cheveux et grossir les seins ! Heureusement que les diabétiques et les femmes enceintes ne peuvent pas prendre de Fenugrec sans l'avis du médecin .. :)

Les influenceurs ne sont donc pas les plus recommandés pour parler médecine, et encore moins pour proposer des traitements à leurs abonnés. Il est urgent de réglementer l'influence médicale, pour éviter de mettre en péril la santé des patients qui se sont lassés de Doctissimo, et qui sont passés sur Instagram pour soigner leurs maux.

Des influenceurs médicaux ?

Les influenceurs médicaux se font encore rares. Bien sûr, il existe nombre d'influenceurs "bien-être" qui prodiguent leur conseil. Mais dans le secteur médical, des micro-influenceurs émergent sur les réseaux sociaux pour partager leur expérience et leurs conseils. L'outil de recherche Favikon nous a permis d'en trouver un certain nombre.

Par exemple, l'excellent compte Emmamynurse permet de suivre les études d'infirmière d'une Instagrammeuse, qui prodigue nombre de conseils, certes génériques, mais toujours documentés et sérieux.

Mais nombre de comptes sont davantage tournés vers les histoires du quotidien des médecins et infirmières.

Sur Youtube, on est encore à du contenu humoristique avant toute chose ...

Certes les histoires sont passionnantes, mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant de voir émerger des méga-influenceurs dans le secteur médical. En attendant, il va falloir que l'industrie se réglemente sérieusement pour éviter les écueils liés aux influenceurs peu scrupuleux.

Et non, être médecin ne s'improvise pas !