On la surnomme la "Grande Guerre des abonnés": depuis 2018, les deux plus grandes chaînes Youtube du monde se mènent des combats acharnés pour être numéro 1 . Mais à l'heure ou un drame terrible vient de se produire en Nouvelle-Zélande, dans lequel le nom du numéro 1 a été prononcé, des questions se posent.

La bataille des chiffres entre PewDiePie et T-Series

PewDiePie, de son vrai nom Felix Kjellberg, est le plus grand Youtubeur au monde, indétronable depuis décembre 2013. Son nombre d'abonnés n'a fait que décoller depuis, à près de 90 Millions en mars 2019. Sauf que T-Series, une société indienne de production et de distribution de films, ne l'entend pas de cette oreille, et s'est fixé un objectif fou: détrôner PewDiePie de sa place de numéro 1.

Depuis deux ans, la chaîne indienne a réussi à combler son retard sur le Youtubeur suédois, un compteur a même été mis en place pour suivre l'évolution de ce duel au sommet. Depuis, les deux comptes sont au coude à coude, même s'il y a quelques jours, la chaîne indienne a pris la "tête" pour la première fois.

La bataille via influenceurs des deux camps

La place de numéro 1 n'est pas que symbolique: les enjeux financiers sont gigantesques. Ce qui pourrait être une simple bataille de chiffres entre influenceurs a pris des proportions terribles, et on pourrait presque parler d'une guerre, avec des partisans dans les deux camps. PewDiePie a alors consacré une énergie considérable pour maintenir sa place de numéro 1. Il a bénéficié du soutien d'influenceurs de tous bords, comme Elon Musk ou Justin Roiland.

En décembre 2019, des hackers ont même pris contrôle d'imprimantes dans le monde entier pour faire passer des messages pro PewDiepie !

Même constat chez T-Series, qui a pu s'appuyer sur les plus grands influenceurs indiens pour faire de la publicité pour la chaîne. Anil Kappor est un acteur indien très connu qui a apporté son soutien à la chaîne T-Series il y à quelques jours sur Twitter.

Des instincts nationalistes

La situation a empiré lorsque le Youtubeur suédois a sorti un morceau intitulé "Bitch Lasagna", une expression faisant référence aux hommes indiens qui envoient des messages à caractère sexuel inappropriés aux femmes sur les réseaux sociaux.

Des fns de T-Series ont alors ccusé le Youtubeur suédois d'être viscéralement anti-indien. Ce qui était alors  une simple bataille de chiffres entre influenceurs a pris des proportions terribles, et on pourrait presque parler d'une guerre, avec des partisans dans les deux camps.

La bataille a pris une tournure nationaliste, entre les partisans des deux camps faisant appel à la fibre "patriote" de leurs communautés. Le directeur de T-Series a appelé "aux armes" la communauté indienne, et le parti d'extrême-droite anglais UKIP a appelé ses partisans à soutenir PewDiePie ...

Forcément, la situation a commencé à dégénérer, avec les communautés des deux camps qui ont commencé à mener des actions coup de poing contre des symboles. Par exemple, aux Etats-Unis, un mémorial a été vandalisé, tandis que PewDiePie a subi une véritable campagne de harcèlement.

Le drame de Christchurch, l'aboutissement ?

Le 15 mars 2019, une terrible attaque terroriste contre des mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a fait plusieurs dizaines de morts. Un terroriste a déclaré "abonnez-vous à PewDiePie" avant de mener l'assault contre les mosquées.

Évidemment, PewDiePie n'est en aucun cas responsable direct de cette attaque, et à aucun moment à fait des appels à la haine sur sa chaîne Youtube, et les motifs racistes et xénophobes de cette attaque sont très clairs. Mais de nombreux détracteurs du Youtubeur se sont engouffrés dans la brèche, et ont estimé qu'il avait sa part de responsabilité dans le drame, en ayant attisé des relents racistes et d'extrême droite dans sa communauté.

En effet, PewDiePie traîne derrière lui une réputation d'influenceur "alt-right".

En décembre 2018, il a notamment conseillé une chaîne aux relents antisémites, ce qui avait conduit Nathan Grayson, reporter chez Kutaku, à critiquer très sévèrement le Youtubeur:

“[P]ewdiepie fait exactement ce que les néonazis veulent. Qu'il adhère à ces idées ou les érigent en memes, peu importe. Ce qui importe, c'est qu'il normalise ces idées en blaguant dessus, sur LA plateforme sur laquelle les enfants ont leur première exposition au monde.

Pour le reporter américain, c'est une tendance de fond du Youtubeur, qui utilise son influence pour normaliser la rhétorique d'extrême droite, alors même que sur Youtube, celle-ci s'est développée de manière très préoccupante. Une étude de Data & Society en 2018 a ainsi démontré que les influenceurs d'extrême droite parvenaient à avoir une influence croissante sur Youtube, notamment en se posant comme alternative aux médias classiques, et en s'érigeant en victimes de la censure.

Des propos qui, forcément, vont relancer le débat sur l'influence des méga-influenceurs sur un jeune public. En attendant, il est temps pour PewDiePie et T-Series de mettre un terme à cette guerre et de signer un traité de fin: comme beaucoup de guerres, celle-ci n'a pas de vainqueur, et que des perdants.